LA TENUE D'ETE DE L'USMC 1912-1922

1912-1922 USMC SUMMER UNIFORM

La guerre avec l’Espagne en 1898 et les conflits extérieurs dans lesquels l’USMC est engagé amène ce dernier à créer des nouvelles tenues adaptées aux climats chauds.
En rupture avec la traditionnelle tenue de drap bleu, la conception de ce nouvel ensemble permet l’introduction d’éléments modernes, notamment en privilégiant l’aspect camouflant (couleur kaki et boutons noircis)
La chemise fait partie intégrante de la tenue et peut être portée seule, cet élément résolument moderne restera propre à l’armée américaine bien après le 1er conflit mondial.
L’apparition du campaign hat comme coiffure de campagne traduit encore la volonté de privilégier l’aspect fonctionnel à la tradition.

Ce groupe de Marines (vers 1900) portent la tenue d'été beige avec le chapeau M1898 et la tenue de cérémonie bleue. Le fusil est du type M1898 "Krag-Jorgensen" avec sa baionnette M1896

 

Marines portant la tenue d'été.

 

La veste est en toile de coton Kaki, elle comporte :
• Un col droit
• 2 poches de poitrine à pli watteau et pattes en accolade
• Des pattes d’épaules cousues à l’emmanchure sur quelques centimètres.
• 2 coutures partant de chaque coté des poches de poitrine vers le col
• Des parements en pointe en bas des manches

Cette dernière particularité qui au début du siècle est commune avec l’Army, deviendra rapidement un élément distinctif du corps.

 

Veste de tenue d'été M1912.
Veste de tenue d'été M1922, modifiée avec des oeillets au col pour les insignes.

Les boutons en bronze noirci sont détachables. Des œillets surfilés sont pratiqués dans ce but, des épingles ou des anneaux fendus maintenant les boutons en place. Un petit disque de cuir protége parfois l’œillet du frottement avec le système de fixation.

16 mm : 19 mm : 23 mm : 28,5 mm


Les 5 boutons qui ferment le devant sont du module standard, les 2 boutons des poches et des pattes d’épaules sont du petit diamètre, hormis sur certains exemplaires précoces où les boutons des poches sont d’un diamètre intermédiaire.

Aucun insigne n’est porté au col jusqu'en 1922, à partir de cette date le col des veste est modifiée par l'adjonction d'oeillets surfilés pour le port des insignes de col. En 1927, le col droit est abandonné au proffit d'un col ouvert, les vestes en toile étant plus délicates à transformer que leur équivalent en laine, ce type de col restera en service plus longtemps. La veste en toile M1927 ne reste en service que jusqu'en 1938, ou elle est abandonné au proffit du port de la chemise en cotton.

 

Le pantalon pouvant être porté avec la chemise, il est doté de passants pour la ceinture adoptée à cette occasion. Les boutons de bretelles sont cousus à l’intérieur, les bretelles n’étant bien sûr autorisées que sous la veste.

La coupe droite permet de porter le pantalon sans guêtres en tenue de garnison. En campagne, le pantalon est replié sur l’arrière de la jambe pour rentrer dans les guêtres, donnant au pantalon un aspect fuseau, parfois très appuyé.

Pantalon de la tenue d'été M1912.

 

La chemise s’ouvre sur l’ensemble du devant, mais ne comporte des boutons que sur la partie qui est visible lorsque qu’elle est portée. Une bande de même tissu double cette même zone portant les boutonnières.

Une patte boutonnée ferme le col

Chemises en flanelle, on apperçois la petite patte de boutonnage au col sur le Marines de droite.

 

Un couvre casquette assorti est adopté. Identique au modèle blanc, il se fixe comme ce dernier sur la casquette bleu. Un jeu d’insigne en métal bronzé noir remplace les boutons et emblème dorés.
Par la suite, en 1917, une casquette avec une armature pouvant recevoir une coiffe blanche et une coiffe beige est adoptée (dans les deux cas il s’agit d’une tenue d’été, porter une casquette en laine ne devait pas être la solution idéale).

 

Couvre casquette beige
On remarque les 3 petits crochets fermant le couvre casquette sur l'arriere.

 

 

1917, casquette avec son couvre casquette en toile beige pour la tenue d'été.

 

 

En feutre, il comporte les 5 surpiqûres de renfort. L’emblème du corps est porté sur l’avant.
Il n’y a pas d’œillets sur les cotés mais de simples trous. La forme est basse et se porte avec un seul pli central. Aucun cordon n’est porté contrairement à l’army.


Chapeau M1898

 

  Article P. Moscatto