LES PLAQUES D'IDENTITE DE L'USMC 1930-1970

1930-1970 USMC DOG TAGS

  UPDATE 29/04/06

 

Aprés la première guerre mondiale, le corps utilise toujours la plaque ronde en Aluminium de l'Armée. Dans le "Marine Corps Manual" de 1921, il est écrit que lorsque les plaques rondes ne sont plus approvisionnées ce sont les plaque de la Navy qui sont portées. On trouve des plaques rondes avec des dates allant jusqu'en 1928 !!

 

Plaque de type "Army" en aluminium utilisée jusqu'en 1928.

 

A patir des années 1930, le Corps utilise les plaques M1917 ovales de la marine. Elles sont en Monel, alliage portant le nom de l’ancien président de la Canadian Copper Company, composé de 67% de nickel, de 30% de cuivre et de 3% de fer, qui résiste à la corrosion.
L’avers de la plaque porte les mentions et le revers l’empreinte digitale imprimée par un procédé à l'acide
.

 

Plaque dont les inscriptions ont été faites à l'acide, empreinte du pouce droit au dos.

 

 

Devant l'augmentation du nombre de recrue, le Corps adopte en 1941 un système de numéro matricule comportant une série de six chiffres. Les séries 100 000 à 400 000 et 600 000 correspondent aux engagés volontaires (Regular Marine Corps Volunteers); la série 500 000 aux volontaires âgés de 17 ans ( 17 years old volunteers); la série 700 000 aux femmes Marines (Women Marine Reserve); la série 800 000 (Reserve on active duty and selective services inductees who volonteered for the Marines) et la série 900 000 (Selective Service inductees).

 

Plaque dont les inscriptions sont faites par un procédé mécanique.
Dos de la plaque avec l'empreinte du pouce droit faite à l'acide.

 

Les indications reportées sur les plaques sont les suivantes:
— le nom complet (nom, prénom, second prénom);
— le numéro matricule (en janvier 1940 jusqu’à 279 900, il approche en 1945 les 1 000 000);
— le groupe sanguin;( TYPE-0).
— l’année de la vaccination antitétanique; (T.7-43).
— la mention USMC ou USMCR selon que l’homme est de l’active ou réserviste;
— la religion; (C pour catholique, P pour protestant, H (Hebrew) pour la religion judaïque).

 

Vers 1942, suite à une pénurie de Monel, des plaques en aluminium et en laiton sont fabriquées. Devant la croissance du nombre de recrue et dans un souci de simplification l'empreinte digitale est abandonnée (on trouve quand même des plaques en laiton avec l'empreinte digitale).

Les plaques en laiton ne comportent qu'un seul trou pour le passage du cordon.
Plaque en aluminium

 


Les plaques se portent généralement par paire au moyen, soit d’un cordon qui peut être en coton ou en acier gainé plastique, soit d’une chaînette.

Plaque fabriqué sur la base d'une pièce de monaie Australienne de 1 florin.

 

Plaque non réglementaire dont l'inscription est faite à l'acide.

 

 

Au début du conflit la mention du grade des officiers est portée sur la plaque (ex : 2ND LT., CAPTAIN). Pour les "Warrant officers", le même systeme est utilisé (ex: QM.CLK, MGUN, MAR. GUNNER ). A partir d'octobre 1943, la mention du grade disparait pour les officiers et les CWO. Un numéro matricule à cinq chiffre avec le préfixe 0 est adopté.

 

Plaque pour officier, ici sans numéro matricule.

 

Aprés la seconde guerre mondiale le marquage de l’année de la vaccination antitétanique est abandonnée progressivement (jusqu'en 1951). Le numéro de matricule dépasse les 1 000 000 (dés août/septembre 1945).

Plaque ovale datée 1950.

 

A partir des années 1950, le corps abandonne la plaque ovale de la Navy, et adopte la plaque M1940 de l'Army.

 

Plaque du type M1940 de l'armée, portant les indications standards.

 

Aux environs de 1960, la nouvelle plaque est utilisée (sans encoche), et en 1972 le numéro matricule est remplacé par le numéro de sécurité social du Marines.

Plaque du nouveau type, avec le numéro de sécurité social, la mention "M" indiquant la taille du masque à gaz et la non appartenance à une religion.

 

Plaque de métal anodisé de couleur rouge, utilisée pour signaler une allergie.